Les médecines douces

Pourquoi soigner son chien et son chat à l’aide des médecines douces ?

Comme l’alimentation naturelle, toutes ces disciplines : aromathérapie, phytothérapie, argilothérapie… visent à préserver l’équilibre, la santé sur le long terme.

Prévenir plutôt que guérir. En caressant son animal, le maître attentif  tien le rôle de récepteur ultra sensible capable de juger de son niveau de bien-être, sans être un spécialiste vétérinaire.

Ces approches naturelles nous renvoient sans cesse aux conditions de vie, aux petites modifications du quotidien qui peuvent perturber un chien et un chat. Elles nous parlent de nous, (le maître), de lui (le chien) et nous renvoie au « nous » qu’ils forment ensemble.

Avec les médecines douces, un humain attentif ne peut pas faire de mal sauf à sous-estimer ou mal diagnostiquer une affection plus grave.

D’où l’intérêt de recourir, de temps à autre, à des professionnels de la santé animale comme les vétérinaires, capables de soigner les cas plus complexes, y compris avec des traitements classiques.

Nous utilisons 4 modes de soins naturels :

Phytothérapie

La phytothérapie est l’art de soigner par les plantes. Tradition millénaire, elle a su évoluer avec le temps et gagner encore en efficacité grâce aux procédés contemporains de culture et de conservation qui permettent d’obtenir des plantes aux composants quantitativement stables. Pour les animaux, il faut utiliser diverses préparations : poudres, gélules, infusion… En revanche, nous ne parlons pas des tisanes dont le dosage est difficile.

Aromathérapie

L’aromathérapie est l’art de soigner par les huiles essentielles. Très puissantes et efficaces, les huiles essentielles sont à utiliser avec prudence et en très petites quantités. Elles sont conseillées en diffusion et en application locale externe. Les huiles essentielles, pour la plupart, sont obtenues grâce à la distillation de plantes aromatiques par entraînement à la vapeur d’eau. Les huiles essentielles sont salvatrices mais à utiliser avec grande précaution, nombreuses sont toxiques chez les chats, compte tenu de leur métabolisme particulier.

Algothérapie

L'algothérapie est une technique qui utilise des algues marines pour traiter certaines maladies. Dans différents pays, les algues sont consommées depuis fort longtemps et sont reconnues en tant que supplément alimentaire. Il regroupe plusieurs soins aux algues qui offrent de nombreuses vertus. Les algues contiennent du phosphore, du potassium, du soufre, du magnésium, du calcium, des oligo-éléments (iode, zinc, fer, sélénium), des vitamines, des acides aminés, de la chlorophylle une hormone végétale contre le vieillissement (désintoxiquant et antiseptique), des mucilages (effet coupe-faim, laxatif), etc.

Argilothérapie

L’argilothérapie est l’utilisation de l’argileà des fins médicinales. Elle est d’ailleurs utilisée de deux façons : par voie interne (comprimé, gélule ou eau argileuse) et par voie externe (cataplasme, compresse, saupoudrage, bain de boue, plâtre…). Il n’est pas exagéré de dire que cela fait des millénaires que l’argile est utilisée comme agent thérapeutique. À notre époque, elle est toujours considérée comme une arme thérapeutique très puissante. L’argile détruit avec une redoutable efficacité les germes pathologiques : Elle consolide les tissus atteints et guérit les plaies et les blessures.

L'argile verte est un moyen extraordinaire que nous offre la nature pour soigner de nombreux maux d'une manière extrêmement efficace. Les animaux n’ont d’ailleurs pas attendu l’être humain pour se soigner avec l’argile, nombre d’entre eux soignent leurs plaies en se roulant dans la terre, il y a de l’argile dans toute terre à des degrés différents. Votre chien et votre chat va spontanément au devant de l’argile, comme votre chat qui adorent gratter dans sa litière, votre chien quand il va boire dans une flaque boueuse.

En conclusion

Il est évident que ces soins ne se substituent aucunement à un traitement vétérinaire. Là encore, il s’agit d’user de bon sens. Si une piqûre d’insecte, une diarrhée passagère, un faible écoulement nasal ou une toux débutante peuvent relever des soins familiaux, une surveillance suivie est nécessaire afin d’anticiper tout risque d’œdème, d’aggravation, etc.

Les chiens sont, par exemple, très sensibles aux envenimations. Au moindre doute, une visite chez votre vétérinaire s’impose sans tarder. Il en va de même pour tout symptôme sérieux ou persistant.